L’OLYMPIQUE AMANDINOIS 

Association créée en 1902

 

Plus vieux club de la région, l’Olympique Amandinois a vu le jour, à l’initiative d’un étudiant Etienne POUTRE. De retour d’Angleterre, où il venait de passer des vacances, cet homme réussit à convaincre ses camarades de créer un club de football : «l’Olympique Amandinois». La guerre de 1914 obligea l’Olympique Amandinois à se mettre en sommeil. En 1919, un sportif bien connu, Monsieur Roger FLAMENT,, remit le club en route.L’Olympique Amandinois recruta et ne tarda pas à posséder une excellente équipe dont des noms prestigieux ne laissent pas insensibles de nombreux Amandinois : Jean ROBINE, Georges NAVEZ, Paul FASSIAUX, Marcel BENOIST, Maurice CHANDELIER qui lui fut international à l’Olympique Lillois et bien d’autres.

 

Equipe de 1926

Equipe de 1927

 

Juste après la guerre, l’Olympique Amandinois parvint en première division qui à l’époque était un haut niveau. Déjà le rival s’appelait « la Jeunesse Sportive Raismoise ». Après la guerre en 1945, l’Olympique Amandinois  fusionna avec la société de tir « l’Espérance » pour devenir «l’Espérance Olympique Amandinois» mais en 1948, cette fusion se ternit et l’O.A reprit son appellation «Olympique Amandinois».

Un nouveau président, Marius CERULIS, qui succédait à Alfred BRACQ, connut une des plus belles pages d’Histoire de ce club en éliminant de la coupe de France le grand « AUCHEL » alors champion de France Amateur. 2 à 1 René BARGIBANT et Paul DELCOURT étant tout heureux de battre l’international « Elie FRUCHART » qui allait par la suite connaître une brillante carrière d’entraîneur (Dunkerque). Dans l’équipe d’AUCHEL figurait également un joueur prestigieux Jean VINCENT, International Français, licencié au grand stade de Reims et titulaire de l’équipe de France en Suède. Il finira sa carrière comme Entraîneur du Football Club de Nantes où il sera champion de France.

 

 

La composition de cette grande équipe de 1948 :

ABRASSART Claude, CERULIS Robert, DERNONCOURT Anatole, Maurice et René BARGIBANT, Jean THUROTTE, André DUPIRE, Paul DELCOURT, Jean SEYNAEVE, Paul DEMARCQ, Albert dit Bébert CARTIGNIES. La saison 1951/52, la Coupe de France allait sourire de nouveau à l’Olympique Amandinois qui se voyait désigner au 6ème tour le grand « U.S.V.A » (finaliste de l’édition précédente).

Ce match se joua au Stade Municipal devant plus de 5 000 personnes. A 15 minutes de la fin du temps réglementaire, les 2 équipes étaient à égalité sur le score de 1 à 1 ; les locaux se voyaient même refuser un but (DUPIRE).

Les dernières minutes furent pénibles physiquement et les professionnels l’emportaient sur un score un peu sévère pour nos valeureux représentants 4 buts à 1.

L’Olympique Amandinois échouera encore 2 fois à la porte des 32ème de finale de la coupe de France.

 

 

La mésaventure du dernier match de championnat de la saison 1953/54 à Cysoing où l’équipe entraînée par VANBELLE perd tout espoir d’accession à l’étage supérieur : la division Honneur. C’est une grande désolation au sein de groupe de joueurs, dirigeants et supporters.La saison suivante, Monsieur Maurice HUGOT succède à Monsieur Jean ABRASSART au titre de Président. Monsieur HUGOT nomme un nouvel entraîneur : René ETIENNE. Sous la houlette de ce nouvel éducateur, l’Olympique Amandinois ne fera mieux que précédemment et terminera 3 fois 2ème du championnat de promotion honneur derrière des clubs de renom : A.C.Cambrai, l’U.S.V.A et Aulnoy -Aymeries.

 

Saison 1953/1954 (Président : Mr Maurice HUGOT)

Trois joueurs locaux (André VERDAVAINE, Jean-Marie DELCOURT et André BASQUIN) émigrèrent à Aulnoy-Aymeries où ils connurent les joies de la sélection de la ligne du Nord.  Parmi les autres sélectionnés de l’époque, il faut citer Monsieur Edmond RATAYZYK en équipe senior, Henri GARDIN présélectionné national catégorie junior, Jacques HEROLE et Jacky CHARLET en équipe cadets du Nord, Robert ROULEZ et Jacky BOUCLY participant à la finale Nationale du concours du jeune footballeur.

 

En 1957, l’équipe Junior atteint les 16èmes de finale de la coupe Gambardella (Coupe de France Junior) battue par le stade de Reims. Quelques années plus tard, l’équipe junior de l’Olympique Amandinois gagnera la coupe de l’Escaut en battant l’U.S.V.A en finale.

 

En 1969, l’Olympique Amandinois qui avait battu au tour précédent de la Coupe de France la belle équipe d’Hazebroucq (CFA) se voyait proposer « les dogues » Lillois, le grand L.O.S.C au stade Henri Jooris à Lille. Après un match héroïque où les « petits » firent trembler les professionnels Lillois, menant 1 à 0 à la mi-temps et ayant frappé 2 fois sur les montants, l’Olympique Amandinois dût s’incliner 3 à 1 malgré la performance remarquable du gardien de but amandinois Yvon CLEMENT.

 

Nombreux les supporters de l’époque !!!

 

Malgré le recrutement d’entraîneurs de renom, Henri BOUCLY ex Professionnel U.S.V.A, Jean VERDAVAINE, Wolgang MATZKI ex Professionnel U.S.V.A et Yvon CLEMENT ex Professionnel au RCLens et à l’U.S.V.A, l’Olympique Amandinois n’accéda jamais à la Division Honneur, connaissant même l’amertume de descendre en première division. Sous l’impulsion de Jean TEITE, nouveau Président et de son adjoint Francis DESCOURRIERE, l’Olympique remonta en Promotion Honneur. René POULAIN succéda à Jean TEITE mais devant le désir de Messieurs HUGOT et BOTTIAUX et d’une majorité de dirigeants des 2 clubs amandinois et raismois, la fusion était inéluctable.

 

Une nouvelle association était née l’ESPAR (Entente Sportive du Parc Amandinois Raismois). Ce club représentait les 2 clubs au niveau de la promotion honneur et ne tardait pas à gravir les échelons. La 1ère saison (1971/72) champion de promotion honneur, la 2ème saison (1972/73) champion de division honneur et accession à la division III. Hélàs, les longs déplacements, le statut purement amateur de nos joueurs et la difficulté des matchs (réserve du stade de Reims, réserve du LOSC, Abbeville, etc…) plongeaient l’équipe dans les profondeurs du classement ; la descente ne pouvait être évitée. La création d’une 4e division nationale permit à l’ESPAR d’évoluer une division au dessus de la division honneur.

 

L’entente ne quitta plus cette division et y joua régulièrement les premiers rôles. Des entraîneurs bien connus du monde du football se sont succédés. André BASQUIN, Serge MASNAGHETTI, André MOLLE, Daniel JOLIS, actuellement directeur technique au SAFC, Bernard CHIARELLI, ex international Français qui connut l’épopée suédoise en 1958 (coupe du monde) et Yvon CLEMENT pour la préparation des gardiens de buts. L’équipe réserve évoluait en Régionale, toutes les équipes de jeunes jouaient les premiers rôles das les championnats « inter districts » (la plus haute division chez les jeunes à l’époque).

 

L’équipe junior accéda même au ¼ de finale de la coupe GAMBARDELLA (coupe de France junior) à Brest contre le Paris Saint Germain. L’ESPAR menait 2 à 0 à 15 minutes de la fin et se fit rattraper pour s’incliner finalement aux pénalties. Cette même équipe s’inclina en finale de la Coupe Du Nord à Bruay la Buissière contre le RC LENS de robert SAB et  Jean-Pierre TEMPET (futurs grands de l’équipe professionnelle du Racing Club de LENS). Chez les jeunes, de nombreux joueurs connurent la joie de la séduction Escaut et du Nord : Claude et Thierry BLAIRON, Jean-Marc MOUTIER, Jean-Luc BLANPAIN, Philippe CROMBEZ…

 

Ce club géré par les communes de Saint-Amand-les-Eaux et de Raismes (Subventions et embauches de joueurs) et par la Société Franco-Belge (transports de bus gratuits, embauches des joueurs) semblait voué à un bel avenir. L’accaparement des équipes dans la commune de Raismes (Le Complexe Sportif Notre Dame d’Amour créé spécialement pour cette équipe avait été déserté par les joueurs qui préféraient le stade Gilbert Botsarron de Raismes de part sa situation géographique et sa chaleur les jours de match). Cela présager d’une fin rapide de cette fusion. Les Amandinois sevrés de football décidèrent de recréer l’Olympique Amandinois. A l’origine, pour hâter les démarches administratives, le nouveau club « ESPAR » avait été créé par modification du titre de l’Association Sportive de Raismes (J.O du 5 juin 1971).

 

De nouveaux statuts avaient été établis pour préserver chacune des parties prenantes en cas de dissolution de l’ «ESPAR » afin de garder le niveau des équipes au moment de la fusion. Ces statuts n’ont jamais été envoyés par le secrétaire de l’ESPAR. La Fédération respectait les statuts primitifs, et précisait que l’ESPAR  était l’émanation de l’AS Raismes et que l’Olympique Amandinois a était dissous.  L’Olympique Amandinois devait repartir de zéro : C’est-à-dire en 4ème division du district Escaut. Les équipes évoluant dans cette poule : Rosult (B), Nivelle (B), Lecelles (B), Millonfosse etc…

 

Quelle galère…

 

Il en fallait plus pour rebuter les Amandinois bien décidés de relever le challenge et de rattraper son homologue Raismois. L’Espérance Olympique l’Amandinois était né (Journal Officiel du 21 avril 1979).

Le 20 Juillet 1981, l’Espérance Olympique Amandinois changeait son titre et devenait l’Olympique Amandinois.

 

Messieurs Marcel CROMBEZ, Président, Christian L’HEUREUX, Secrétaire, Jean DELEUIL, Secrétaire adjoint, Barthélémy TARTAMELLA, Trésorier, François DELBECQUE, Trésorier adjoint.

Francis BOURGEOIS, Jean-Paul BAUDE et Philippe CROMBEZ employés à la mairie de Saint-Amand-les-Eaux décidèrent de sacrifier quelques années de leur carrière pour s’investir comme joueur et comme éducateur. Les résultats ne tardèrent pas et 5 ans après le club jouait en 1ère division de district. Durant ces années, de très bons joueurs sont venus grossir l’effectif amandinois (Jacques MIXE, Philippe SCHIETSE, Jean-Richard JAROSZ, Saïd EL KHETTAB, (tous du feu ESPAR°, Patrice TEXTORIS (ex VIEUX-CONDE), Gérard FREJEAN (ex SAINT-QUENTIN), Michel LEFERME, (ex U.S.V.A et MAUBEUGE), Lionel JOHNSON, (ex USDENAIN), John PUTT, (Gallois, venu 1 an au Lycée Couteaux pour sa licence de Français), Dominique BLANPLAIN et Patrick MERCIER, Michel et Franck DERNONCOURT (tous les 4 ex Etoile Sportive du Mont-des-Bruyères).

De nombreux clubs et pas des moindres sont tombés à Saint-Amand-les-Eaux. En coupe de France et en coupe de l’Escaut, L’AS Raismes (P.H), l’Etoile Sportive du Mont-des-Bruyères (Régionale), Thumeries (Régionale), Berlaimont (Régionale), Auberchicourt (PH) etc… se sont cassés les dents contre les rouge et noir. L’Olympique Amandinois remporta la coupe Thobois (coupe du Valenciennois) à Hélesmes contre Quiévrechain. La santé du Président Fondateur du nouvel Olympique « Marcel CROMBEZ » ne lui permit plus de continuer le parcours de ce club pour qui il avait tout donné. De nombreux présidents ne firent que passer : Georges LABBE, JACKY DUBOIS, Guy LEROY, François DELBECQUE, Philippe CLEMENT, Daniel DUTRIEUX, Jean-Marc MOUTIER

 

 

La saison 1986/87 vit l’Olympique Amandinois terminer 2ème de son groupe et de ne pas accéder à la Régionale. La saison suivante, la montée en Régionale était acquise malgré la présence d’Auby Asturies, lauréat d’un parcours époustouflant en coupe de France (7 tours). Guy LEROY, Paul SENECHAL, Jean-Paul BAUDE, Franck CASTIGLIONETI, Jean-Pierre GUILBERT, Jacques MIXE, Bolek KOCIK ex pro USVA, Michel BOEZ, Jean-Paul BOURGEOIS se succédèrent au poste d’entraîneur.

 

La santé du Président Fondateur du nouvel Olympique «Marcel CROMBEZ» ne lui permit plus de continuer le parcours de ce club pour qui il avait tout donné. La saison 1988/89, l’Olympique Amandinois termina seconde du groupe régional à un point du premier, laissant passer sa chance d’évoluer en Promotion honneur. De nombreux départs, des désaccords entre dirigeants et joueurs ne permirent pas à l’équipe d’évoluer avec la sérénité qui était sa valeur les autres saisons. La descente en 1ère division était consommée.

 

Une descente aux enfers qui aillait durer 5 années…

 

Les jeunes disparurent en totalité ou presque du « bateau » Olympique Amandinois. Les présidents du moment préférant privilégier les équipes « seniors ». (Ce qui explique la recrudescence d’Amandinois à l’AS Lecelles). Heureusement, Daniel DUTRIEUX, conscient du potentiel des jeunes et du football en général à Saint-Amand-les-Eaux prit la commande de ce « navire » qui prenait l’eau de partout. Son souhait principal fut axé sur la formation (toutes les catégories de jeunes étant représentées dans leur championnat respectif) tout en ne négligeant pas la vitrine d’un club « les Seniors ».

 

Devant le problème d’occupation de terrain chez les jeunes, Daniel DUTRIEUX proposa à la Municipalité de créer un terrain de football à 7 pour les Poussins / Benjamins. La seule charge de la commune étant d’engazonner et de clôturer. Monsieur DUTRIEUX s’occupant personnellement de trouver la terre végétale parmi les fournisseurs de son employeur « Eau et Force ». L’ambiance était redevenue saine et les titres ne tardèrent pas à venir. La saison 1995/96, l’Olympique Amandinois accédait de nouveau à la Régionale et les jeunes répondaient présents à l’attente du Président et de son comité.

 

La saison 1996/97, l’Olympique Amandinois se maintenait en Régionale mais des différents entre les dirigeants et le président allaient obliger ce dernier à démissionner. De nouveau l’Olympique traversa une crise : de nombreux départs (de 175 licenciés, l’O.A passa à 137). La tâche qui attendait le nouveau Président «Jean-Marc MOUTIER» et son comité ne s’annonçait pas aisée. La venue d’un éducateur diplômé «Otis N’GOMA» permit à ce club de se maintenir la première année.

Suite aux nouveaux départs (130 licenciés étant recensés pour la future saison) et à une ambiance tendue, la saison 1998/99 fut plus que laborieuse mais l’équipe senior A ne descendît en Excellence que sur décision administrative : l’équipe senior B ayant fait forfait général. Effectivement, au niveau Ligue, une équipe évoluant en régionale est obligée de posséder une équipe réserve. La saison 1999/2000 allait plonger l’Olympique Amandinois dans une situation catastrophique. Une nouvelle fois, la descente en première division était inévitable.

 

Que la fusion est bien venue !

 

L’ÉTOILE SPORTIVE DU MONT-DES-BRUYÈRES

Association créée en 1941, Président fondateur Maurice LAROSE

Ce club fût mis en sommeil en 1946 et ce durant 25 ans. « L’ogre » Olympique Amandinois ne permettant pas à l’Etoile de « briller ». En 1971, la fusion entre l’Olympique Amandinois et l’A.S.Raismes pour fonder un club unique « L’ESPAR » ne faisait pas l’unanimité » chez les dirigeants et les joueurs.  Ces derniers décidèrent de relancer l’Etoile Sportive du Mont-des-Bruyères sous la houlette de Georges DELCROIX et Victor DHOTE. En 1983, l’ESMB atteint la Régionale sous la direction de Gérard RENONCOURT (Président), de Jean VERDAVAINE (Directeur Sportif) et de Jean-Luc BLANPAIN (Entraîneur).

Durant 5 années, elle fût confrontée aux meilleures équipes de la Région et termina 3ème de son championnat en 1987.

En 1988, les départs de quelques dirigeants et joueurs majeurs laissaient présager d ‘une saison difficile. Monsieur André LANQUETIN, Nouveau Président et Georges DELPORTE (Entraîneur) menaient le club dans des descentes successives pour atteindre la deuxième division de district.

 

 

Entre temps, Monsieur Bernard CIEPLIK a repris le flambeau pour sauver l’ESMB de la disparition.

Depuis quelques années, le club a repris des couleurs et réussit à « grimper » de 2 divisions pour atteindre la 1ère division. Des présidents se sont succédés : Claude DUJARDIN, Jacques MAZEREEUW et Patrick MARECHAL. Ce dernier démissionnant au cours de la saison 1999/2000.

Bilan de la saison 1999/2000

Seniors A —— 7ème en 1ère division

Seniors B —— 5ème en promotion de 2ème

-17 ans —— 3ème en 1ère division

-15 ans —— 2ème en promotion excellence

-13 ans A —— 2ème en 1ère division

-13 B —— 4ème en 2ème division

Benjamins A —— 4ème en 1ère division

Benjamins B —— 5ème en 2ème division

Poussins —— 6ème en 1ère division

Débutants —— pas de championnat

 

Et aujourd’hui l’aventure continue…

 

 

      Vive le SAFC !!!